Les éboueurs en grève, à qui la faute ? – Palaiseau Mag’ – décembre/janvier 2018-2019

Les éboueurs en grève, à qui la faute ?

Le 1er novembre, les salariés de l’entreprise de collecte que le SIOM, Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères, vient de désigner lors de son dernier marché public, se sont mis en grève. Leur demande ? Conserver leurs salaires et leurs droits.

Les élus du SIOM viennent de confier le marché à l’entreprise SEPUR, contrôlée par un fonds d’investissement et célèbre pour ses méthodes : remise en cause drastique des rémunérations (la perte peut atteindre 3000 €/an). Dans les Hauts de France, suite à un conflit social analogue, le contrat a été résilié et la collecte confiée à un service public.

Ce marché rogne les coûts au détriment des conditions de travail et du service rendu, tri et revalorisation des déchets. Les difficultés que les collectivités rencontrent ne les exonèrent pas de leur responsabilité. Les décisions prises en vase clos mènent à des choix antisociaux et désastreux.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, des négociations sont en cours. Soutenir les salariés du SIOM, c’est agir pour le bien commun, pour la qualité du service public.

Espérons que tout sera réglé d’ici la nouvelle année !

Frédérique Dumont, Michel Rouyer, Philippe Radix

contact@palaiseauterrrecitoyenne.fr/www.palaiseauterrecitoyenne.org

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*