Question orale déposée par les groupes de l’opposition, CM du lundi 19 novembre 2018

Questions orales déposées par les groupes de l’opposition

Palaiseau Passionnément – Palaiseau Terre Citoyenne – Groupe Communiste

Monsieur le Maire, Monsieur SFERARAZZA Vice-Président, Madame DELANOUE, Messieurs, CORDIER, et TETU Délégués du SIOM

Les salariés du SIOM, syndicat intercommunal en charge de la collecte, du traitement et de la valorisation des ordures ménagères pour 21 communes de l’Essonne et des Yvelines  sont aujourd’hui en look-out.

Nous avons rencontré ces salariés qui nous ont précisé avoir déposés le 1er novembre un préavis de grève, jour de la reprise par la société Sepur pour dénoncer leurs conditions de travail : pertes de primes, baisse des salaires…

Mais, depuis le 2 novembre, ils ne sont plus en grève. En réalité, Ils sont privés de matériel pour travailler, pas de camions, pas d’équipement.  Et contrairement à ce que certains élus affirment les véhicules peuvent entrer et sortir sans problème ; cela nous avons pu le constater par nous-mêmes en allant leur rendre visite à plusieurs reprises.

Alors pourquoi cette situation : suite au renouvellement du contrat de délégation de service public intervenu en mai dernier, le groupe SEPUR a remporté l’offre de marché.

Mais, Mr le Maire, Monsieur SFERARAZZA Vice-Président, Madame DELANOUE Messieurs CORDIER, et TETU Délégués du SIOM,  déléguer un service public ne signifie pas pour le délégant de l’abandonner. La collectivité  demeure responsable de cette activité et doit rester en mesure de contrôler le délégataire.

Avec ce choix purement financier de la société SEPUR, le SIOM, Monsieur SFERARAZZA Vice-Président, Madame DELANOUE ,Messieurs CORDIER, et TETU Délégués du SIOM – vous ne  portez aucune ambition pour l’emploi, la qualité de service public rendu à la population et la contribution à l’économie circulaire afin de limiter les gaspillages de ressources et la production de déchets.

En effet de notoriété publique, les méthodes employée par SEPUR dans toutes les collectivités où ils sévissent  se traduisent par :

* Une déqualification de l’emploi avec un recours massif à des salariés intérimaires sans formation.

* Une baisse de l’efficacité de revalorisation des déchets faute de tri de qualité qui amènera à une perte de recettes pour le SIOM en ce qui concerne l’activité de valorisation énergétique notamment pour le parc d’activités de Courtabœuf (Les Ulis, Villebon, Villejust)

* Une perte de recettes du fait de la dégradation de l’exploitation devra être compensée avec le risque pour les habitants d’une augmentation de la taxe d’ordures ménagères.

Mr le Maire, Monsieur SFERARAZZA Vice-Président, Madame DELANOUE, Messieurs CORDIER, et TETU Délégués du SIOM , nous vous demandons la transmission officielle du contrat de délégation de service public dont nous ignorons tout et nous souhaitons connaître les raisons ayant abouti à l’accord des représentants de Palaiseau de ce changement de prestataire.

——————————————————————————————————————–

Monsieur le Maire de Palaiseau

En avril 1958, une adresse solennelle au Président de la République René Coty était publiée pour :

– protester contre la saisie de l’ouvrage d’Henri Alleg La Question, et contre toutes les saisies et atteintes à la liberté d’opinion et d’expression qui l’ont récemment précédée,

– demander que la lumière soit faite, dans des conditions d’impartialité et de publicité absolue, sur les faits rapportés par Henri Alleg,

– sommer les pouvoirs publics, au nom de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de condamner sans équivoque l’usage de la torture, qui déshonore la cause qu’il prétend servir.

Cette protestation parue dans la presse suite aux révélations contenues dans le livre  d’Henri Alleg, « La Question », récit d’un torturé, est saisi par la police le 25 mars 1958.

Appelant les Français à se joindre à eux, les signataires de ce texte étaient André Malraux, Roger Martin du Gard, François Mauriac et Jean-Paul Sartre.

60 ans plus tard, en septembre de cette année, le président de la République Emmanuel Macron, sous l’impulsion notamment du mathématicien et député de l’Essonne Cédric Villani, se rendait chez la veuve de Maurice Audin et publiait une déclaration pour reconnaître le crime d’État commis à l’encontre de son mari. En 1957, en pleine bataille d’Alger, l’armée française avait torturé et assassiné ce jeune mathématicien communiste anticolonialiste. Justice lui était enfin rendue. Après un demi-siècle de déni, avec ce geste historique, la France regarde en face l’une des pages les plus sombres de la colonisation.

Henri Alleg, qui pour les mêmes raisons a été arrêté, qui a subi les mêmes affres de la torture en même temps et des mains des mêmes tortionnaires que Maurice Audin repose dans le cimetière de notre ville après y avoir vécu les 30 dernières années de sa vie.

Monsieur le Maire, face à l’histoire et pour l’honneur de Palaiseau, il est encore temps pour la Municipalité de s’associer au geste historique du Président de la République, vis à vis d’Henri Alleg. Un hommage de cette portée peut lui être rendu, en nommant l’espace situé à l’entrée du lycée Camille Claudel, « Place Henri Alleg ». Henri Alleg, jusqu’à sa mort, demeurait à quelques pas, rue Gabriel Dauphin.

——————————————————————————————————————–

Monsieur le Maire,

Lors du dernier conseil municipal vous vous êtes engagé par délibération à rendre hommage à Robert VIZET en inscrivant son nom sur le fronton de la MJC avec l’inscription « espace Robert Vizet »,

Monsieur le Maire, deux mois se sont écoulés, rien n’est encore réalisé. Quand comptez-vous honorer et exécuter l’engagement pris.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*