Stéphane Lhomme : lettre ouverte à propos de l’audition publique du 14 décembre sur les compteurs prétendus intelligents

Nous avons aimé cette lettre car, au-delà du sujet (Linky), l’analyse de la méthode rejoint bien l’ensemble de ce qui se passe actuellement en France… La voici reproduite intégralement.

Jeudi 7 décembre 2017

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web
http://refus.linky.gazpar.free.fr

à M. Cédric Villani, premier vice-président de
l’Office parlementaire d’évaluation des choix
scientifiques et technologiques (OPECST)

Objet : lettre ouverte à propos de l’audition publique du 14 décembre sur les compteurs
prétendus intelligents

Monsieur le député et vice-président de l’OPECST,

Depuis décembre 2015, le distributeur Enedis à commencé à remplacer en France les compteurs ordinaires d’électricité par des compteurs communicants appelés Linky. Pour de nombreuses raisons que je ne peux détailler ici (je vous invite à vous reporter par exemple à mon site web), la population rejette de plus en plus massivement ce processus.

Il se trouve que l’OPECST, dont vous êtes vice-président, organise vendredi 14 décembre une audition publique consacrée à ces compteurs qui, dans le programme de l’audition, sont abusivement prétendus « intelligents » (*).

On peut constater que la quasi-totalité des intervenants prévus sont favorables au déploiement des compteurs communicants, quand ils ne sont pas directement les opérateurs de ce déploiement comme Enedis (deux intervention) et GrDF.

Il est toutefois prévu, noyée au milieu de ce beau programme, la courte intervention d’une personne opposée à ce déploiement, sans d’ailleurs que l’on sache sur quel critère cette personne est sélectionnée par vos services.

Accorder ainsi 4 pauvres minutes (sur un programme de 3h30) à l’expression de la véritable « fronde » qui se développe dans le pays montre de toute évidence que les pratiques de la nouvelle majorité politique, dont vous êtes un des plus fameux représentants, n’ont rien à envier à celles des majorités précédentes.

De plus, le programme de cette audition qualifie de « polémiques » les raisons de cette fronde et, surtout, reprend la stratégie grossière d’Enedis qui tente de réduire la problématique à la seule controverse sanitaire à propos des ondes électromagnétiques.

Cette controverse est certes importante, mais elle est très loin d’être la seule en jeu. Il vous suffirait d’ailleurs de faire une rapide revue de la presse régionale pour découvrir que, de la Voix du Nord à La Provence, et de Sud-Ouest aux Dernières nouvelles d’Alsace, les pages locales regorgent d’articles relatant les graves problèmes causés à la population par les compteurs communicants déjà installés, mais aussi par les sociétés privées en charge de ce déploiement, qui n’hésitent pas à mentir, intimider, parfois brutaliser les habitants, et souvent pénétrer illégalement dans les propriétés voire dans les habitations.

Tenter de réduire les opposants à des gens qui ont « peur » (des ondes, du « Progrès », etc) est profondément méprisant et ne permet évidement pas de prendre en compte la réalité de cette opposition citoyenne : de nos jours, même sans être polytechniciens, les gens sont capables de
se renseigner, de réfléchir individuellement et collectivement et de prendre au final des positions rationnelles visant à préserver l’intérêt général.

Ayant personnellement animé (bénévolement) sur la question du Linky plus de 70 réunions publiques depuis un an et demi, je peux vous assurer que rarement une telle mobilisation de la France réelle a pu être constatée, ne serait-ce que par la participation massive à ces réunions publiques : par exemple, 500 personnes le 23 novembre dernier à Viviez (Aveyron), cf
http://www.centrepresseaveyron.fr/societe/l-installation-des-compteur-linky-suscite-descraintes-dans-le-bassin-et-le-vallon-HF546229

Il est d’ailleurs notable dans cette affaire que les dirigeants de sociétés dites de service public, à commencer par ceux d’Enedis, semblent avoir pour obsession de contribuer au business de sociétés privées (dans le Big data, les objets connectés, etc) alors que ce sont finalement les
opposants qui se battent pour faire respecter les valeurs du service public.

En conclusion, je me permets donc de vous signifier que la séance de l’OPECST du 14 décembre passe pour le moins à côté du sujet. Je vous invite de fait à organiser dès que possible une audition de divers animateurs de la fronde anti-Linky afin que la représentation nationale puisse être réellement informée des raisons profondes de ce mouvement citoyen digne et éclairé.

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web
http://refus.linky.gazpar.free.fr

(*) Les Humains peuvent être intelligents (même si ce n’est hélas pas toujours le cas), mais pas les objets. Les promoteurs des compteurs communicants les prétendent « intelligents » en pensant que personne n’osera se mobiliser « contre l’intelligence » : la ficelle est si grossière
qu’elle confirme que ses initiateurs ne sont pas très futés.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*