Lettre ouverte des élus de l’opposition au Maire de Palaiseau

Monsieur le Maire,

La dernière séance du Conseil municipal a confirmé, à travers les incidents qui ont émaillé sa préparation et son déroulement, le peu de cas que vous faites de l’opposition municipale. À l’opposé de vos déclarations répétées sur votre soi-disant volonté de “dialogue constructif avec l’opposition”, vous multipliez les actions unilatérales, les dénis d’information, les refus et les non réponses.

Nous ne reviendrons pas ici dans le détail sur l’ensemble des dysfonctionnements répétés que nous n’avons de cesse de pointer, ni sur les différentes propositions d’amélioration que l’opposition formule régulièrement. Nous vous renvoyons par exemple pour cela au courrier que vous a adressé le groupe Palaiseau Passionnément le 9 octobre dernier, resté de manière emblématique sans aucune réponse de votre part – ni écrite, ni même orale au sein du Conseil.

Nous nous concentrerons, pour illustrer le manque de respect que vous montrez vis-à-vis de l’ensemble de l’opposition, sur la séance du 27 novembre, dont vous avez réussi malgré son caractère essentiellement technique à faire un moment de vérité sur votre mépris politique :

• Comme nous l’avons exprimé en séance, il n’est pas acceptable de découvrir l’inscription à l’ordre du jour, sans qu’il en ait été fait aucune mention en conférence des présidents de groupe et dans les réunions des commissions, d’une délibération éminemment politique comme celle sur l’adhésion de la ville à l’association “Union des élus pour la ligne 18” – a fortiori lorsqu’elle est pratiquement le seul point politique de la séance ! Vos excuses sur le caractère précipité et non anticipable (du 18 ou du 20 novembre par rapport au 21…) sont aussi indignes qu’irrecevables, et ne font que confirmer votre duplicité.

• L’absence de nombreux élus et le caractère souvent vague ou incomplet des réponses apportées ont une fois de plus confirmé le peu d’utilité, du point de vue des élus de l’opposition, des réunions en commission. Vous en faites, par choix, un simple lieu d’information de l’opposition sur les positions décidées par la majorité, au lieu de tenter de les ouvrir à la discussion : il faudrait au moins faire en sorte qu’elles remplissent convenablement ce rôle minimal, et nous permettent d’obtenir en réunion ou à leur issue, mais dans un délai compatible avec la préparation du Conseil, les informations précises et circonstanciées que nous demandons.

• Le débat sur l’avenant à la convention entre la Ville et l’EPFIF nous a, comme celà arrive souvent, donné l’occasion de vous rappeler une demande d’information formulée précédemment et restée sans suite : en l’occurrence, les supports de présentation de la réunion publique sur les projets d’aménagement. Votre réponse sur ce point illustre plus que tout autre votre condescendance. En nous expliquant que vous n’avez pas besoin de nous les communiquer en retour puisque nous pouvons les trouver (difficilement) en ligne sur le site de la Ville comme tout citoyen. Nous n’osons croire que vous feriez la même réponse à un habitant de Palaiseau qui vous aurait adressé cette demande, et ne pouvons donc qu’en conclure que vous ne nous accordez même pas la considération que vous devez à tout administré.

• Enfin, votre refus de laisser la parole à un des élus de l’opposition pour compléter l’intervention de son collègue de groupe et pour aller au bout du seul débat politique de la séance constitue un acte d’autorité particulièrement mal venu. Votre attitude jusque-boutiste lors de cet ultime incident nous a conduit, dans un élan commun aux trois groupes de l’opposition, à quitter la séance pour marquer notre refus d’en supporter davantage. Le rappel aux règles et usages que vous avez cru bon d’envoyer à Michel Rouyer est d’autant plus mal venue, et médiocre, que rien n’interdit dans le règlement de prononcer des propos hors sujet, que vous ne pouvez décider de clore les discussions qu’en laissant l’expression à un représentant de chaque position défendue au sein du Conseil, et que Michel Rouyer venait précisément d’indiquer qu’il allait expliquer une position différente de la vôtre. C’est donc vous qui, par un acte d’autorité aussi déplacé qu’inexplicable, avez contrevenu à la règle et aux usages dont vous vous dites le garant.

Vous vous rangez systématiquement, pour justifier tout ces travers, derrière votre bon droit. Le problème est précisément de savoir comment vous utilisez votre pouvoir : c’est à vous que revient le choix entre un fonctionnement constructif et un fonctionnement autoritaire. Pour notre part, nous ne cautionnerons simplement pas un jour de plus l’image d’ouverture que vous cherchez à donner, dès lors que votre pratique reste fondamentalement fermée.

C’est pourquoi nous vous confirmons la suspension jusqu’à nouvel ordre de notre participation aux réunions de conférence des présidents de groupe, tout en vous demandant solennellement d’aménager un temps d’échange approfondi sur un fonctionnement réellement à la hauteur de vos affichages. Dans l’attente de ce pas dans notre direction, nous vous proposons un mode de fonctionnement plus conforme à l’absence de réel dialogue que vous nous imposez jusqu’à présent : il s’agit d’envoyer le samedi par mail aux trois présidents des groupes d’opposition l’ordre du jour prévisionnel, en indiquant vos préconisations de distinction entre sujets techniques et politiques, et que nous vous fassions parvenir pour le lundi nos éventuels commentaires et remarques.

Vous souhaitant bonne réception de cette courrier, et dans l’attente de la réponse que vous ne manquerez pas cette fois de nous apporter,
Bien cordialement,

Yves MARIGNAC, Président
Gilles CARADEC, Annick MELLINA, Matthieu PASQUIO,
élus du groupe Palaiseau Passionnément

Frédérique DUMONT, Présidente
Philippe RADIX, Michel ROUYER,
élus du groupe Palaiseau Terre Citoyenne

Joëlle PINNA, Présidente
Chrystel LEBŒUF,
élues du groupe
Parti Communiste Français

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*