Pourquoi l’opposition a quitté la salle du Conseil municipal le 27/11/2017

Lors du Conseil municipal du 27/11/2017, Michel Rouyer est intervenu sur la délibération de la médecine du travail confiée à l’extérieur, pour saluer le travail du CHSCT, y compris la rédaction du document unique dans le mandat précédent, mais regretter que depuis que le début du mandat il n’y ait plus d’assistants de prévention à la Mairie. M. le Maire a prétendu qu’il y en avait un et refusé toute discussion.

Reprenant la parole sur la délibération de l’association de lobbying en faveur de la ligne 18, notre élu a voulu rétablir la vérité : non, il n’y a pas d’assistant de prévention à la Mairie. Mais M. le Maire lui a retiré la parole, y compris pour intervenir sur la ligne 18 et son association. Suite à quoi, après quelques échanges animés, l’opposition a quitté la salle.

Ci-dessous, le courrier envoyé par Michel Rouyer à M. le Maire

M. Le Maire,Chers collègues et ami.e.s,

Je comptais vous envoyer un courrier suite à votre obstruction et refus de me donner la parole et de m’exprimer sur la délibération de l’association des élu.e.s prêts à faire du lobbying pour l’arrivée de la ligne sur le Plateau dans les meilleurs délais.

Votre courrier envoyé par mél hier en début d’après-midi m’y incite encore davantage, et m’a permis de prendre du recul car je n’ai pas à mon service une personne à plein temps de mon cabinet pour écrire les arguments qui traduiraient le fond de ma pensée.

Je rappelle au passage que je ne suis pas le seul élu à m’en être indigné puisque cela a conduit au refus unanime de l’opposition de continuer à siéger au CM de lundi 27 novembre, et donc à notre sortie immédiate de la salle du Conseil Municipal. J’espère que par souci démocratique vous n’allez pas effacer et/ou commenter cet incident de l’enregistrement du Conseil Municipal auquel ont accès l’ensemble des plaisiennes et des palaisiens.

Vous invoquez souvent les maires qui vous ont précédé, et leurs pratiques selon vous moins exemplaire en terme de démocratie et de respect des droits de l’opposition, mais quels qu’aient pu être les défauts de François Lamy, pour ne pas le nommer, je n’ai jamais été, ni quiconque dans l’opposition d’alors, empêché de m’exprimer, même si cela lui a valu parfois de se mettre en colère de façon mémorable.

Tout d’abord, puisque vous invoquez le règlement intérieur, il n’est précisé nulle part que les groupes de l’opposition (non plus de la majorité) n’aient droit qu’à une seule intervention, et d’ailleurs cela n’a pu s’appliquer à votre demande que quand les interventions ont été particulièrement longues sur des sujets comme le budget ou le PLU.

Et encore n’avez vous pas interdit ce qui est d’usage, que chacune et chacun des élus qui le désirent de faire une intervention, vous demandiez jusqu’à lors juste de la raccourcir dans ces conditions et quand l’heure devenait tardive après minuit par exemple, ce qui n’était absolument pas le cas du CM de lundi quand l’incident s’est produit avant 22h et que cette délibération était la dernière de l’ordre du jour, avant les questions orales.

Si j’ai voulu prolonger et juste rectifier la réponse que vous m’aviez donné en démentant l’absence des assistant.e.s de prévention dans la Mairie depuis le début de votre mandat, c’est parce que le fait que vous ayez le pouvoir de police, et la majorité au Conseil, ne fait pas que ce que vous affirmez être la vérité le devient pour autant.

Je me suis déjà indigné, et d’autres élu.e.s de l’opposition également, que vous profitiez de votre autorité pour répondre en dernier en affirmant des choses qui nous font passer pour des menteurs ou des personnes ne maîtrisant pas les dossiers sans nous laisser la possibilité de répondre à vos affirmations, même si elles sont des contre-vérités.

Un peu à la manière des discours à l’époque de Mussolini, si le Chef vous dit qu’il pleut quand vous voyez le ciel bleu et le soleil briller, votre perception est fausse car « Il Duce ha sempre ragione » … J’ose espérer que ce mode de communication n’est pas celui qui vous sied, et je ne vous en ferais pas l’outrage d’en douter.

Je ne vais pas invoquer Voltaire et Montesquieu, mais si vous avez raison de rappeler dans votre courrier à mon intention que la responsabilité de chacun.e des élus est nécessaire, la votre est de ne pas abuser de votre autorité pour travestir la réalité.

Sur mon affirmation qu’il n’y a pas d’assistants de prévention dans les services de la Mairie, je suis désolé de vous apprendre que j’en ai déjà exprimé le regret au cours des différents CHSCT, et que non seulement personne ne m’a démenti, mais c’était écrit en toutes lettres dans les dossiers préparatoires.

Lors du mandat précédent, il y a eu jusqu’à 5 A.C.M.O. ce qui était l’équivalent des assitant.e.s de prévention avant que les récents décrets sur le code du travail n’en change le nom.

Il y a avait comme à présent une cadre chargée de mission sur les questions d’hygiène et sécurité au travail, qui a permis la rédaction du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels, document qui représente un travail remarquable de la municipalité d’alors et qui est encore d’usage et actualisé chaque année. Cette personne, je veux bien qu’elle soit nommée « responsable de prévention », ce qui est sans doute le cas, mais cela n’exonère pas la collectivité de proposer à des agents volontaires la candidatures d’assistants de prévention dans les services.

Je sais parfaitement de quoi je parle ayant exercé cette mission dans les deux dernières années de mon activité professionnelle, il y à peine quelques mois.

Pour revenir sur le fond, je vous remercie d’avoir laissé Philippe Radix exprimer son doute sur les conséquences pour l’avenir agricole du Plateau en cas de réalisation du métro Grand Paris Express de la ligne 18 et le manque de vision et d’objectifs dans l’objet de l’association dont vous êtes le Président.

La position du groupe PC et Palaiseau Passionnément sur la ligne 18 a pu être exprimée clairement.

En ce qui concerne la notre qui diffère à n’en pas douter, je comptais compléter la remarque judicieuse de mon collègue de groupe par les doutes sur viabilité économique et gains de temps des principaux collèges d’experts : ceux qui ont rédigé le rapport Auzanet en 2012, le Commissariat Général à l’Investissement en 2015, le Syndicat des Transports d’Ile de France en octobre 2015, l’Autorité de Sûreté Nucléaire en 2015 à propos de la gare dans la zone PPI du CEA, et l’avis de la Cour des Comptes sur les Transports Franciliens en février 2016

(cf. les passages surlignés dans le document ci-joint Argumentaire Ligne 18 doutes sur viabilité économique et gains de temps.pdf).

Vous trouverez l’ensemble de l’argumentation sur le site Web du Groupe Local Eelv : http://3vallees-2plateaux.eelv.fr/ligne-18-notre-contribution-a-lenquete-publique/

et l’enregistrement de la réunion publique sur le sujet le 14 avril 2016 :

http://3vallees-2plateaux.eelv.fr/ligne-18-franc-succes-pour-notre-reunion-publique/D’autre part je comptais vous demander pourquoi la quasi unanimité des membres de votre future association (à l’exception de Jean-François Vigier) n’étaient pas présent aux assises de la mobilité samedi 18 novembre à Supélec dont fait état le site Mon Saclay sur le lien suivant que je vous invite à cliquer pour lire le compte rendu :

http://www.monsaclay.fr/2017/11/21/et-pour-quelle-mobilite/

Vous y auriez pu entendre l’urbaniste Jacqueline Lorthiois et son excellente démonstration que la ligne 18 ne correspond en rien aux besoins de dessertes des personnes qui travaillent sur les bassins d’emploi des territoires qu’elle traverserait, malgré le nombre de gares ajouté au grand huit de Christian Blanc qui voulait au départ relier entre eux les techno centres de région parisienne avec les aéroports !

C’est juste pour avoir l’appui des élus locaux qu’il a fait du clientélisme en ajoutant des gares un peu partout et singulièrement en aérien sur le Plateau pour ne pas accroître l’ardoise sur un territoire peu dense qui ne justifie pas un transport lourd et encore moins sur un axe Est-Ouest …

Je vous joins son power point que j’ai converti en format pdf et renommé :
« De Versailles à Orly caractéristique du territoire – Assise de la mobilité du 18 novembre 2017 »

Beaucoup des participants à ces assises ont déploré la prise de position prévisible mais décevante des 3 député.e.s LREM du territoire en faveur de la ligne 18 en espérant qu’elle sera enterrée mais en prônant une installation rapide jusqu’au Christ de Saclay pour pousser le lobbying des élu.e.s des Yveline à réclamer au plus vite la suite jusqu’à Versailles et Saint Quentin.

Je vous remercie d’avoir bien voulu prendre connaissance des arguments que je n’ai pu explicité au sein du Conseil Municipal qu fait que vous m’avez refusé la parole.

En vous saluant respectueusement M. le Maire,

 

Michel Rouyer,

Groupe des élu.e.s Palaiseau Terre Citoyenne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*