Question orale au sujet de l’entretien de la forêt domaniale – CM du 27/03/2017

M. Le Maire,

Vous trouverez ci-joint un document de 13 pages relatant par les photos qu’il contient

et leur situation précise, les coupes récentes à la tronçonneuse qui nous ont été

rapportées par des riverains de la forêt domaniale sur le Plateau. Cette succession

d’arbres abattus ne devrait pas vous laisser indifférent, sachant que la ville de

Palaiseau et le Syndicat de l’Yvette et la Bièvre ont longtemps participé financièrement

à l’entretien de ce bois dont la gestion a été confiée à l’Office National des Forêts.

Cette forêt récente qui date de l’implantation de l’École Polytechnique en 1974 est

fréquentée par de nombreux habitants de Palaiseau et qui déplorent que de nombreux

arbres aient été abattus récemment, et pour le moment laissés à l’abandon sur les

chemins piétonniers. Autant nous ne pouvons nous réjouir de l’abattage des arbres

malades et morts, qui représentent un réel danger pour les promeneurs, autant nous

ne comprenons pas celui d’arbres jeunes et sains. Le seul point commun constaté

serait la forte présence de gui.

En tant que Maire, vous avez pouvoir sur tout ce qui touche à la sécurité et l’hygiène,

dès lors qu’il s’agit d’un lieu mis à disposition du public. Nous sommes donc en droit

d’attendre de vous que ce bois soit entretenu avec la même rigueur, l’attention des

considérations écologiques de biodiversité et d’accueil de nouvelles espèces, et la

même attention dans l’entretien différencié qu’un espace naturel sensible.

A notre sens, la ville se doit d’avoir un rôle actif sur les décisions de l’ONF, qui, comme tout

autre organisme public, a subi les réformes et restructurations de service servant hélas aussi

à masquer des suppressions massives d’emplois qualifiés. C’est pourquoi nous vous

suggérons plusieurs actions possibles relevant de votre compétence :

 demander officiellement aux services de l’État et l’ONF un bilan régulier de

l’état du bois, des travaux prévus, de leur raison, et ainsi pouvoir communiquer

ces informations aux usagers,

 demander officiellement aux mêmes instances un replantage équivalent à

l’abattage et une codécision concernant l’entretien de ce bois à l’avenir,

 le reclassement du bois en Espace Naturel Sensible,

 encore mieux, son reclassement en forêt communale, pour pouvoir appliquer la

Charte de la Forêt Communale (la ville deviendrait alors maître d’ouvrage des

travaux, choisirait ses prestataires, et déciderait de l’orientation stratégique de

“sa” forêt).

Nous avons donc 3 questions à vous poser :

1. avez-vous des informations précises à communiquer concernant les raisons de cet

abattage débridé, et concernant la gestion des parties d’arbres qui sont encore à

terre

2. quelles solutions pensez-vous mettre en oeuvre pour éviter qu’une telle situation ne

se reproduise ?

3. le dernier abattage brutal dans ce bois avait pour cause la création à la hâte d’une

clairière pour le transfert d’une mare : pouvez-vous nous communiquer le bilan

écologique de ce transfert, incluant l’état précis de prospérité des espèces rares et

protégées ?

Nous vous remercions par avance M. le Maire pour la clarté et la précision des

réponses que vous apporterez à ces questions, dans la droite ligne de votre projet de

territoire réaffirmant, dixit dans le texte, “la volonté de protéger et de valoriser les

espaces naturels et agricoles”.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*