Avis sur le projet de territoire présenté le 16/11/2016

Cliquer ici pour lire le projet de territoire proposé, pour vous faire un avis avant de lire notre intervention! Nous reprenons ci-dessous à notre compte l’intervention de Serge Moronvalle, élu communautaire écologiste de Massy:

Un projet de territoire, qu’est-ce que c’est ? C’est un cadre, un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace pour construire ensemble pour l’avenir. Ensemble, c’est-à-dire les habitants, les usagers et les élus de ce territoire. Un territoire, ça s’approprie.

Aucune disposition n’impose aux communautés de se doter d’un « projet de territoire ».  Qu’une communauté entreprenne donc cette démarche purement volontaire devrait constituer un moment fort de son existence. C’est un élément clé pour renforcer  l’identité communautaire.

Nous étions donc en droit de penser que les étapes de rédaction de ce projet étaient une belle occasion pour une campagne de communication et une large consultation associant les habitants et usagers du territoire. En effet, ceux-ci n’ont actuellement qu’une vision lointaine et vague de leur appartenance à cette communauté récente et de son rôle dans leur quotidien.

Il aurait semblé opportun d’élaborer le projet de territoire avec ses habitants et ses usagers pour une meilleure appropriation des enjeux et pour apporter des réponses en adéquation avec leurs besoins, afin de faire connaître l’institution et la rendre plus visible, plus proche et accessible à leurs yeux.

Même si aucune obligation n’existe en la matière, plusieurs exemples évoqués dans l’étude de l’Assemblée des Communautés de France (AdCF) montrent un réel souci d’implication des populations et des élus communaux à travers des pratiques participatives innovantes. Un tiers des communautés consultent les citoyens et les associations.

Il n’en a pas été question à la CPS. Pourquoi ? Manque d’ambition ? Peur des citoyens ? La participation s’est limitée à un bureau d’études, aux services et élus communautaires. Ces méthodes sont révolues. Même le Conseil de Développement, qui représente la société civile n’était toujours pas saisi début novembre. 

Même si vous indiquez dans ce projet que ce projet est « au service » des habitants et que la stratégie doit leur bénéficier en premier lieu, on ne le leur a pas demandé ce qu’ils en attendent réellement. Qu’ils se consolent, ils ont la chance de vivre dans un territoire d’exception au formidable potentiel, et de profiter d’un cadre de vie privilégié (dixit le projet).

C’est une démarche Pompidolienne de planification Top-Down.

Bilan, les maires ne semblent pas particulièrement motivés pour faire la promotion du projet auprès de citoyens non impliqués. Parions que chacun va défendre les projets qui intéressent sa commune sans faire ressortir le dessein qui devrait porter la communauté.  

On aurait voulu souligner toute la distance qui sépare actuellement les instances communautaires des citoyens qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

A ce projet manque la marque spécifique de la communauté. Même si son sort est lié à la réussite des entreprises d’Etat, dont l’emprise sur le territoire laisse peu d’espace aux pouvoirs locaux, nous attendions un document fort, donnant du sens à l’action communautaire, affirmant l’identité de la CPS notamment vis-à-vis du Grand Paris et des communautés voisines et son rôle.

Nous avons devant nous un ensemble « d’axes stratégiques » mixant les points qui avaient été engagés par les 2 anciennes communautés et censés réunir le plus large consensus.

C’est lisse et sans saveur. On y parle développement économique en affirmant la primauté de l’emploi et la création de richesse(s), déplacements, aménagement durable et cohésion sociale. Et c’est cette dernière qu’on aurait dû mettre en avant, parce que c’est là que la communauté est attendue et peut exister aux yeux de ses habitants.

Ce qui frappe, c’est l’absence de toute programmation, de calendrier, de hiérarchie et de priorités, d’indication de moyens. La question est renvoyée au pacte financier et fiscal dont on pressent qu’il sera établi en saupoudrant les moyens sur les différentes communes. L’économique et le financier priment ainsi l’humain.

Ce document donne l’impression d’être moins un outil stratégique ou de pilotage politique qu’une démarche pour amener les élus des anciennes communautés d’agglo à travailler sur un sujet commun.

Bref, dans ce document, on cherche la vision. Où sont ces « politiques ambitieuses pour relever les défis » et susciter l’adhésion et le soutien ?

De ce fait, nous nous abstiendrons sur ce projet, tant pour le manque d’ambition et de vision que pour l’absence d’implication des habitants et usagers dans la démarche.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*