Pour la mise en œuvre de solutions d’accueil des réfugiés

refugiesConsidérant l’afflux, aux portes de l’Europe, de femmes, d’enfants et d’hommes fuyant la guerre, les conflits et la misère entre autres au Moyen-Orient et en Afrique,

Considérant le préambule de la Constitution de la République Française qui rappelle que « Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République »,

Considérant que l’Union Européenne est engagée dans l’accueil de ces réfugiés et que c’est un juste retour des choses puisque les politiques européennes sont largement responsables de ces exodes, par les politiques d’intervention militaire dans une partie des zones concernées, ainsi que par le développement de politiques de libre-échange qui pillent les pays du Sud, même s’il ne faut pas dédouaner de leur responsabilité les gouvernants de ces pays,

Considérant qu’en matière d’accès à l’hébergement, on ne saurait “trier” entre les réfugiés, les migrants, les roms, les sans abris, les religions, car de fait toutes et tous sont sans domicile fixe, pour qui l’État et le département, dans le respect de leurs compétences, ont l’obligation de garantir le droit à l’hébergement,

Considérant qu’à la suite des propositions des villes espagnoles de Madrid et de Barcelone d’établir un réseau des villes européennes accueillant les migrants et réfugiés, des villes françaises s’engagent également dans cet accueil,

Considérant la mobilisation importante de citoyen-ne-s, d’associations, d’artistes, de syndicats, de partis politiques de solidarité avec les migrants et réfugiés qui risquent leur vie pour traverser la Méditerranée et connaissent à l’arrivée des conditions d’accueil souvent déplorables, se retrouvant à la rue, sans accompagnement, sans hygiène, sans prise en charge médicale, sans nourriture autre que ce qui est fourni par des mobilisations solidaires d’individus ou de collectifs,

Considérant que les subventions allouées aux associations d’accueil des demandeurs d’asile, d’accès aux droits des migrants, d’accompagnement des sans-logis n’ont cessé de baisser depuis des années, d’où un grand manque de moyens dans l’accueil des réfugiés, dans les places d’hébergement, dans l’accès aux interprètes et que les effectifs des services dédiés dans toutes les collectivités souffrent d’une baisse de moyens liée à la politique d’austérité gouvernementale,

Considérant qu’il est du devoir de notre collectivité de s’inscrire dans le mouvement de solidarité humaine avec ces migrants et réfugiés,

Le conseil municipal, réuni en séance le 21 septembre 2015, déclare que la ville de Palaiseau participera à l’effort collectif d’accueil des migrants et réfugiés,

A cette fin, le conseil municipal mandate M. le Maire pour mobiliser les moyens dont dispose la ville afin d’accueillir de façon temporaire ou pérenne des migrants et réfugiés,

Le conseil municipal mandate également M. le Maire pour coordonner ses actions avec les associations nationales et locales engagées dans l’aide aux migrants et réfugiés,

Le conseil municipal appelle la population de Palaiseau à se mobiliser pour venir en aide aux migrants et réfugiés et s’engage à faire connaître toutes les initiatives de solidarité citoyenne sur ses supports d’information.

***

Nota : Cette motion présentée par PTC au Conseil municipal n’a pas été votée ni par la majorité, ni par les autres membres de l’opposition avec lesquels nous n’avons pas réussi à trouver un accord pour une motion commune.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*